La « sociologie » et sa note de bas de page

A la page 252 du tome IV de son Cours de philosophie positive, immédiatement après avoir introduit ce qu’il pense être un néologisme, Auguste Comte se repent en une note de page :

« (1) Je crois devoir hasarder, dès à présent, ce terme nouveau, exactement équivalent à mon expression, déjà introduite, de physique sociale, afin de pouvoir désigner par un nom unique cette partie complémentaire de la philosophie naturelle qui se rapporte à l’étude positive de l’ensemble des lois fondamentales propres aux phénomènes sociaux. La nécessité d’une telle dénomination, pour correspondre à la destination spéciale de ce volume, fera, j’espère, excuser ici ce dernier exercice d’un droit légitime, dont je crois avoir toujours usé avec la circonspection convenable, et sans cesser d’éprouver une profonde répugnance pour toute habitude de néologisme systématique [1] ».

Ce mot, c’est « sociologie ». Si Comte semble le regretter avec la douleur du contrit, c’est que, écrit-il, il éprouve une « profonde répugnance pour toute habitude de néologisme systématique ». Rien d’étonnant à cela. Au XIXème siècle, les docteurs de la langue française, même les plus hétérodoxes et les plus hardis (comme Louis-Sebastien Mercier [2]), invitent à un usage parcimonieux de l’innovation linguistique : la « néologie » plutôt que le « néologisme », « Néologie se [prenant] toujours en bonne part, et Néologisme en mauvaise » étant entendu qu’il existe toujours « entre ces deux mots, la même différence qu’entre religion et fanatisme, philosophie et philosophisme [3] ».

La langue a ses lois fondamentales desquelles procèdent les règles de l’innovation linguistique. Comme celles-ci prohibent ou, à tout le moins, découragent les néologismes construits sur la base de l’association d’une racine latine et d’une racine grecque, n’importe quel grammairien informé du bon goût aurait sans doute dû vouer aux gémonies cet hideux composite gréco-latin qui donne son nom à la science sociale. Si, comme le résume Mercier dans un aphorisme infrapaginal, « [l]e besoin fait les mots, le goût les sanctionne [4] », ce dernier aurait sans doute dû avoir raison de « sociologie ».

Pourtant, Comte le maintient. Notamment parce que son « expression équivalente », « physique sociale », que le philosophe prétend avoir développée quelques années auparavant, a progressivement été galvaudée :  

« (1) Cette expression [« physique sociale »] et celle, non moins indispensable, de philosophie positive ont été construites il y a dix-sept ans, dans mes premiers travaux de philosophie politique. Quoique aussi récents ces deux termes ont déjà été en quelques sorte gâtés par les vicieuses tentatives d’appropriation de divers écrivains, qui n’en avaient nullement compris la vraie destination, malgré que j’en eusse, dès l’origine, par un usage scrupuleusement invariable soigneusement caractérisé l’acception fondamentale. Je dois surtout signaler cet abus, à l’égard de la première dénomination, chez un savant belge qui l’a adopté dans ces dernières années, comme titre d’un ouvrage où il s’agit tout au plus de simple statistique [5] ».

L’acception de l’expression « physique sociale » par Adolphe Quetelet, le « savant belge », confondant statistique et science sociale, était d’autant plus inacceptable pour Comte que ce dernier « rejetait l’usage des mathématiques en science sociale, en raison d’un axiome central du positivisme qui voulait que chaque science devait avoir sa propre méthode » et que, contrairement à ce que suggèrera plus tard Rudolf Carnap, « une réduction des sciences » à une discipline unique – que porte en elle la diffusion transdisciplinaire de la méthode statistique – « est impossible [6] ». Le terme « sociologie » est ainsi introduit, par défaut et en dépit de ses limites étymologiques congénitales, pour annuler les ambiguïtés sémantiques introduites par l’appropriation, par Quetelet, de l’expression « physique sociale ».

Ironie de l’histoire : même si Comte l’ignore, il ne peut s’enorgueillir de la paternité de « sociologie ». Le mot se trouve dans une note manuscrite, aujourd’hui conservée dans un carton des Archives Nationales sous la côte 284 AP 3 d.3, vraisemblablement rédigée aux alentours de 1780 de la main d’Emmanuel-Joseph Sieyès [7]. Une raison supplémentaire, pour Comte, de se repentir.

Notes de bas de page :

[1] Comte, A., 1839. Cours de philosophie positive, tome quatrième contenant la philosophie sociale et les conclusions générales. Bachelier, Paris, note n° 1, p. 252.

[2] Mercier ne peut en effet être tenu pour un conservateur en matière de langage : « Il en est d’une langue comme d’un fleuve que rien n’arrête, qui s’accroît dans son cours et qui devient plus large et plus majestueux, à mesure qu’il s’éloigne de sa source. […] [Q]ui ne rirait d’un tribunal qui vous dit : je vais fixer la langue : Arrête, imprudent ! tu vas la clouer, la crucifier… Ces petits magistraux ne connaissent ni les desseins de la nature, ni les destinées de l’homme, car c’est à lui de créer la parole, et la parole envahit tous les mots ». Mercier, L. S., 1801. Néologie ou vocabulaire des mots nouveaux, à renouveler, ou pris dans des acceptions nouvelles. Moussard-Maradan, Paris, p. VII sq.

[3] Mercier, L. S., 1801. Op. cit., p. VI sq.

[4] Mercier, L. S., 1801. Op. cit., p. XIII, note n° 1.

[5] Comte, A., 1839. Op. cit., note n° 1, p. 7.

[6] « Comte rejected the use of mathematics in social science, for it was a central truth of positivism that each science must have its own distinctive method and that reduction of sciences is impossible. » Porter, T. M., 1986. The Rise of Statistical Thinking 1820-1900. Princeton University Press, Princeton, p. 155. Pour des propositions théoriques concernant l’unité des sciences : Carnap, R., 1955. « Logical Foundations of the Unity of Science ». Neurath, O., Carnap, R., Morris, C. (eds.). International Encyclopedia of Unified Science: Vol. 1. University of Chicago Press, Chicago, 42-62.

[7] Guilhaumou, J., 2006. « Sieyès et le non-dit de la sociologie : du mot à la chose ». Revue d’Histoire des Sciences Humaines 2 (15), 117-134.