Harvard m’a tuer

Une considération rapide du corpus de revues en sciences sociales suffirait à convaincre de la domination du régime de citation harvardéen : parenthèse ouverte, nom(s), année de publication, – le cas échéant – deux-points numéro de page, parenthèse fermée. Son omniprésence dans les « consignes aux auteurs » de la plupart des revues scientifiques est aujourd’hui patente. Pourtant, cette formule aride n’eut pas toujours les faveurs des universitaires. Le jugement lapidaire de Bowersock la réservait encore, dans les années 1980, aux « écrivains sans considération pour les subtilités du style » au premier rang desquels les « social scientists », toujours prompts à singer l’écriture scientifique :

« For writers who take no thought for the niceties of style, abbreviated citations in parentheses can be implanted into the text at desirable points, thereby compelling the reader who wants to unravel Ungeziefer 1973:75 to consult a bibliographical listing in some other place. This grotesque form of annotation is much favored by those social scientist who imagine that it confers scientific precision on their work, whereas at best it simply keeps the reader from noticing the inadequacies of their prose [1].  »

D’où vient cette convention graphique de mauvais goût ? Si l’on en croit Eli Chernin [2], le péché originel aurait été commis par un certain Edward Laurens Mark, zoologiste de son état, à la page 194 d’un papier paru en 1881 dans le Bulletin of the Museum of Comparative Zoölogy d’Harvard portant sur la croissance, la fécondation et la segmentation d’une limace, la Loche des Marais ou Limax campestris. On y trouve une forme primitive de notation harvardéenne : « (Comp. Flemming, ’78b, p. 310.*) ». Ironiquement, l’innovation est introduite par une note de bas de page : « The numbers immediately following an author’s name serve the double purpose of referring the reader to the list […] where the titles of papers are given, and of informing him at once of the approximate date of the paper in question [3]. » Le Harvard referencing était né.

Son emprise sur la production scientifique ne fut pas immédiate. Différents systèmes de référencement, également légitimes, coexistèrent un temps. Mais un travail institutionnel se mit progressivement en place au début du 20ème siècle afin d’asseoir sa domination. Il culmine en 1936, lorsque la Royal Society réunit une « conférence des éditeurs de journaux scientifiques » afin de les « persuader d’adopter un système unique de références bibliographiques ». Le Harvard referencing, importé quelques décennies auparavant, est plébiscité en raison de sa simplicité et des facilités graphiques qu’il autorise pour le travail d’édition (en cas d’insertion de référence de dernière minute, nul besoin de renuméroter toutes les notes de bas de page qui suivent). Néanmoins, en 1945, le système est encore contesté dans le courrier des lecteurs du British Medical Journal :

« On behalf of many readers like myself who must perforce spend a considerable time in perusing original medical articles and in looking up the references contained therein, I should like to protest against the retention of the so-called “Harvard” system of annotation. Of all possible systems of reference this is surely the worst [4]. »

Le lecteur – vraisemblablement le Docteur Christopher Langton Hewer [1896-1986], dit « Gloomy », anesthésiste de profession – reproche principalement au Harvard referencing system de distraire le « lecteur standard » et de compliquer l’existence du « lecteur spécialiste » : « the “Harvard” system may completely destroy any interest he may have felt on seeing the title of the article. The many authors’ names are interspersed in the text like the stones in a cherry pie, and produce mental indigestion unless discarded ». Et Hewer de proposer d’en revenir aux notes de bas de page : « Small superior numerals, thus 3, obviate all distraction from the main theme and serve the same purpose with economy of space, as the “Harvard” system duplicate all the names in an alphabetical list at the end of the article [4]. » Après tout, si lire une note de bas de page revient, comme le prétend Sir Noël Coward, « à descendre l’escalier de la maison pour aller ouvrir la porte d’entrée au beau milieu d’une étreinte », le Harvard system consiste purement et simplement, tel Hipparchia et Cratès, à faire l’amour dans le salon, au milieu des convives. Sauf à prévenir ses invités, la première situation reste tout de même moins incongrue.

Mais la complainte de Hewer est un chant du cygne. Le Harvard referencing s’imposa par la suite à toutes les disciplines, charriant son lot de désagréments congénitaux que la réhabilitation partielle de l’esperluette dans les citations de coauteurs ne put compenser. Face à l’évolution inéluctable et tragique de la production éditoriale, à nous, les infrapagistes, il ne nous reste qu’à trouver le coupable. Le coupable de tous ces va-et-vient inconfortables entre le texte et la bibliographie ; le coupable de la disparition des prénoms des chercheuses et chercheurs qui donne au milieu académique une ambiance de caserne ; le coupable du name dropping, cette orgie référentielle, cette version scientifique de la dédicace dans une chanson de rap, cet effet pervers de l’injonction à la cumulativité dopé par l’égo des reviewers et l’exigence d’exhaustivité des érudits ; le coupable, enfin, de la disparition tendancielle des commentaires sur la littérature, entérinant l’idée que les scientifiques se citent plus qu’ils ne se lisent. Mon avis ? Le professeur Mark, avec des parenthèses, dans une revue de zoologie comparative, en 1881. Et la victime de laisser, sur un mur, en lettres de sang : « (Mark, 1881) ».

Notes de bas de page :

[1] Bowersock, G. W., 1984. « The Art of the Footnote ». The American Scholar 53 (1), 54-62, p. 54 sq.

[2] Chernin, E., 1988. « The “Harvard System”: A Mistery Dispelled ». British Medical Journal 297, 1062-1063.

[3] Mark, E. L., 1881. « Maturation, Fecundation, and Segmentation of Limax campestris, Binney ». Bulletin of the Museum of Comparative Zoölogy 6 (12), 173-625, p. 194. 

[4] Hewer, C. L., 1945. « The Harvard System ». British Medical Journal 1 (4389), 233-234, p. 233.